En attendant la prochaine parution d’un article que je vous écris et qui aura pour thème: « la stimulation de certaines hormones via l’auto hypnose ». Il sera aussi accompagné d’un jolie audio sur les plateformes youtube, mixcloud et insightimer. Voici ci-dessous, le résumé du Petit Traité de Naturopathie de Christopher Vasey, naturopathe Suisse :

Quelques concepts importants de naturopathie à retenir.

Tout d’abord, la naturopathie a une conception de la maladie très différente de l’allopathie (c’est-à-dire la médecine conventionnelle).

LA CONCEPTION NATUROPATHIQUE DE LA MALADIE :

En naturopathie, toutes les maladies sont considérées comme des manifestations différentes d’un même trouble. Le dénominateur commun réside au niveau du terrain.  Le terrain, c’est l’ensemble des liquides organiques dans lesquels baignent les cellules, le sang, la lymphe, etc…

Nos cellules dépendent complètement de ces liquides (intra et extra cellulaires) car ce sont eux qui permettent l’élimination des toxines et l’approvisionnement en apports nutritifs.

Il existe une composition précise et idéale du milieu intérieur (le terrain). Tout changement quantitatif ou qualitatif trop important des liquides entraine la maladie.

Les forces vitales de l’organisme luttent constamment afin de maintenir le terrain en équilibre parfait.  L’épuration s’effectue par des organes « filtres et éliminateurs », les émonctoires : le foie, les intestins, les reins, la peau, les poumons.

Lorsque le corps est déséquilibré, que le terrain est encrassé et ne peut plus éliminer correctement les déchets ou se procurer les nutriments essentiels (carences), la médecine naturelle considère que cet état constitue « la maladie en soi ».  La maladie est considérée comme générale et unique, c’est ce qu’on appelle le concept d’unicité morbide.  Essentiellement, il n’y a pas de maladies locales mais des maladies générales.  La localisation des troubles de surface (appelés maladies en médecine conventionnelle, dépend des faiblesses organiques individuelles.

Hippocrate, cinq siècles avant JC écrivait : «  La nature de toutes les maladies est la même. Elles diffèrent seulement par leur siège. Je pense qu’elles ne se montrent sous tant de formes diverses qu’à cause de la grande diversité des parties où le mal est placé. En effet leur essence est une ; la cause qui les produit est pareillement une.

Donc en résumé : Quand le terrain se dégrade, la maladie apparait. Chaque trouble local n’est que la manifestation de surface du mal profond : l’encrassement du terrain.


COMMENT TOMBE T-ON MALADE ?

Il y a deux causes principales : les toxines (ou toxiques) et les carences.       

1/ Les toxines et toxiques

Les toxines (produites par le corps) et les toxiques (venant de l’extérieur) sont des déchets que le corps doit éliminer. En naturopathie, on distingue deux sortes principales de toxines : les cristaux issus des métabolismes de protéines et des acides et les colles provenant des métabolismes des amidons et des graisses.

 CristauxColles
SourceProtéinesSucre blancAliments acidifiantsAmidonsGraisses
Emonctoires chargés de leur éliminationReinsGlandes sudoripareFoie, vésicule biliaireIntestinsGlandes sébacéesVoies respiratoires

Cause de la surcharge de l’organisme en déchets :

Apports alimentaires supérieurs aux besoins

Substances chimiques ou synthétiques difficilement éliminables

Stress

Sous-oxygénation (manque d’activité physique)

2/ Les carences :

Ce sont des manques en substances nutritives : les protéines, glucides, lipides, sels minéraux, vitamines et oligo-éléments. La composition du milieu intérieur ne se maintient que si les éléments nécessaires lui sont apportés.

Cause des carences :

– Raffinage (dus aux méthodes de culture, d’élevage et de production industrielle).

– Destruction par des substances chimiques contenues dans les aliments, les médicaments (substances agissant comme anti-vitamines ou inhibiteurs d’oligo-éléments.

– Régimes

– Réactions en chaine d’une carence en entrainant d’autres.

Un organisme carencé fonctionne moins bien, car il dispose de moins de ressources pour éliminer. Par conséquence, le taux de surcharge en déchets augmente.

Les surcharges et carences peuvent être :

SurchargesCarences
Toxines : urée, acide uriqueToxiques : tabac , alcool, café…Additifs alimentaires : colorants, agents conservateurs…Poisons de la pollution : plomb, cadmium, mercure…EauOxygèneProtéinesGlucidesLipidesVitaminesMinérauxOligo-éléments

En résumé, la maladie survient quand l’organisme est surchargé de déchets et carencé. Car celui-ci n’arrive plus à se défendre correctement.



  COMMENT GUERIT-ON ?

La médecine naturelle parle de nature « médicatrice » ou force vitale de l’organisme. Hippocrate disait que : « La force vitale de l’organisme est la plus puissante force de cohésion et d’action de tout ce qui existe ».

La force vitale vise à rétablir en permanence la pureté du terrain en neutralisant les toxines/toxiques et en les rejetant vers l’extérieur par les différents émonctoires.  Ce peut être spectaculaire : crises de désintoxication, crises de nettoyage et crises curatives.

Paul Carton déclarait : « La maladie n’est en réalité que la traduction d’un travail intérieur de neutralisation et de déblayage toxique qu’accomplit l’organisme dans un but de conservation et de rénovation…la maladie exprime un effort de purification et de préservation et non pas un travail de destruction de la santé… ».

L’organisme est donc capable d’œuvrer tout seul à sa guérison : il renferme en lui grâce à la force vitale la capacité de s’auto guérir.  Le terme moderne est celui d’immunité.  Pasteur dit sur son lit de mort : « le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

L’agression microbienne et son développement n’est que la cause seconde de la maladie. La cause première, fondamentale, est un terrain dégradé.  En naturopathie, la guérison est obtenue non pas en attaquant la cause seconde, mais en supprimant la cause première, c’est-à-dire en assainissant le terrain.

En résumé, la maladie exprime en effort de purification et de préservation et pas un travail de destruction de la santé.


LA THERAPEUTIQUE ET SES REMEDES :

A l’unicité morbide, correspond l’unicité thérapeutique : corriger le terrain en l’épurant et en comblant les carences.

Ouvrir les émonctoires et les stimuler (accélération des échanges) pour  drainer les déchets. (Peau : sueur et sébum, foie : bile, intestin : selles, poumons : CO2 & glaires, Reins : urine.

Pour épurer l’organisme et le ramener à la santé, la force vitale déclenche elle-même des éliminations abondantes de déchets :

tube digestif : diarrhées, vomissement, 

Reins : urines épaisses et acides

Respiratoire : catarrhes divers

Peau : sudation, boutons, eczéma, suppuration, suintement

Pour Hippocrate : « la médecine est l’art d’imiter les procédés curatifs de la nature ».

Techniques : jeûnes, mono diètes, régimes, bains hyperthermiques, drainage lymphatique, exercice physique, etc.

Le second objectif de la naturopathie est de corriger le terrain en lui amenant ce qui lui manque et dont il a besoin pour retrouver son équilibre.

Les forces de guérison se trouvent dans le corps. Ces sont les forces vitales de l’organisme. La valeur d’un remède ne repose pas en lui-même, mais dans ses capacités à les stimuler.



GUERISON FICTIVE ET GUERISON VERITABLE :

La santé n’est pas l’absence de symptômes de surface, elle correspond à un état particulier du terrain dans lequel  la composition des liquides organiques permet et favorise l’activité normale des cellules. Sans rétablissement de l’état humoral, on assiste aux récidives, éventuellement sur un autre point de l’organisme (transfert morbide).  Les traitements anti symptomatiques conduisent souvent à des guérisons fictives (refoulement des toxines en profondeur).

Une guérison ne peut être obtenue que par la mise en place du processus inverse à celui qui a entrainé une dégradation du terrain.

Dans les maladies graves, il faut être patient et voir à long terme.

Mais, la disparition des troubles locaux ne peut pas être considérée comme une guérison de la maladie si le terrain sur lequel ces troubles sont apparus n’est pas également modifié.



LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MALADIE :

Quatre stades :

1/ Les signaux d’alarme 

Petits troubles : manque d’entrain, tension nerveuse inhabituelle, teint sans éclat, cheveux ternes,  boutons, problèmes de digestion, difficulté à récupérer etc…

Causes : excès alimentaire, consommation abusive de toxiques, surmenage nerveux, manque de sommeil, période trop sédentaire etc…

2/ Maladies aiguës :

Organisme est mobilisé pour rejeter les toxines, crises de nettoyages (grippe, rougeole, bronchite etc…) . Manifestations de fièvres, toux pour expectorer les catarrhes ; débâcles intestinales etc…

Les maladies aiguës sont de courte durée

3/ Maladies chroniques :

La force vitale est insuffisante pour un nettoyage organique efficace.  Répétition des maladies. Le corps doit être aidé de l’extérieur avec des cures de revitalisation pour combler les carences et d’aides pour le drainage des toxines, toxiques.

4/ Maladies graves et  dégénératives :

Les déchets ne peuvent plus être correctement expulsés hors du corps.  Il faut prendre le temps de corriger les erreurs commises en agissant en profondeur sur le terrain.

Les maladies passent par trois stades différents avant d’arriver à celui des maladies graves qui constituent les manifestations terminales d’un état de santé défectueux depuis de longues années.


II LES CAUSES DE LA MALADIE ET LES RAISONS DE LA SANTE :

Toutes les infuences (nourriture, air, émotions etc…) auxquelles nous soumettons notre organisme s’inscrivent dans le terrain, d’où l’importance d’analyser notre mode de vie.

LA SURALIMENTATION GLOBALE : conduit à

  • L’épuisement organique par surmenage des glandes digestives, système circulatoire, émonctoires, cœur etc…
  • Fermentation et putréfactions intestinales : les étapes de la digestion se font mal et les aliments insuffisamment transformés fermentent et putréfient.  Cela produit une masse importante de produits toxiques
  • L’auto intoxication : due a la défaillance des intestins, les matières fécales irritent la paroi intestinale qui devient poreuse et des poisons peuvent passer dans le sang et les organes voisins. Le foie essaie alors de neutraliser les déchets mais si la quantité est trop importantes il est dépassé et le malade s’auto intoxique avec ses propres déchets.
  • L’accumulation des surcharges : les diabétiques souffrent d’un empoisonnement par le sucre, les obèses d’une accumulation par les graisses,  d’autres par décomposition des protéines d’empoisonnement par l’urée et l’acide urique etc…
  • L’insuffisance éliminatoire : par encrassement des « filtres », les émonctoires cad le foie, les reins, l’intestin, la peau, poumons.

Il y a deux façons de se suralimenter :

Manger trop souvent

Manger trop à la fois

En conclusion, La suralimentation épuise l’organisme et le surcharge de déchet.


LA SURALIMENTATION SPECIFIQUE peut être :

  • La suralimentation en sucre : Pour être transformé en énergie le glucose passe par deux phases métaboliques : une phase anaérobie (sans oxygène) et une phase aérobie (avec de l’oxygène).  Dans la phase anaérobie, différents enzymes  transforment le glucose en : acide citrique, pyruvique, malique, lactique etc… Ces différents acides sont appelés les M.I.T (Métabolites Intermédiaires Toxiques).  Dans la phase aérobie les MIT sont oxydés et libèrent l’énergie nécessaire au corps.  Lorsqu’il y a suralimentation en sucre, le corps reçoit plus de glucose qu’il ne peut en transformer et à ce moment la synthèse d’une partie du sucre peut rester à l’état de MIT qui vont polluer l’organisme, l’empoisonner. De plus le terrain va s’acidifier et le corps en neutralisant le pH va s’épuiser en tirant sur ses bases.
  • La suralimentation en protéines :  Les besoins en protéines sont strictement définis et peu élevés. Toutes les protéines en excédent doivent nécessairement être dégradées car les capacités de l’organisme à mettre les acides aminés en réserve sont pratiquement nulles. La dégradation des protéines donne naissance à 3 genres de déchets très toxiques : l’acide urique, l’ammoniaque et les acides cétoniques. Le corps est incapable de neutraliser l’acide urique.
  • La suralimentation en corps gras : Les corps gras jouent un rôle constructeur et énergétique. Il existe 2 types de corps gras : les acides gras insaturés et les acides gras saturés. Les premiers peuvent être métabolisés facilement par l’organisme.  Les acides gras insaturés sont pour l’essentiel d’origine végétale. Ce sont en particulier les Oméga 3 et Oméga 6. Les acides gras saturés sont difficilement éliminables et les problèmes vont de pair avec une surconsommation de viande, de sauces, de produits laitiers, et surtout de beurre. La nocivité des corps gras est augmentée lorsqu’ils sont chauffés.

En résumé, le corps ne peut pas digérer et utiliser correctement les substances en excès.


LES EXCITANTS :

Ce sont par exemple le Café, le Thé, le Cacao, le Cola et l’Alcool.

Le problème des excitants est que l’énergie ressentie à l’aide de leur prise est liée à un mécanisme de défense. C’est une réaction, et l’énergie n’est pas apportée par l’excitant lui-même mais extraite des réserves de notre corps.

Ces substances contiennent : de la caféine, de la théophylline et de la théobromine. Elles sont solubles dans l’eau et dans les graisses et peuvent donc pénétrer en profondeur les tissus les mieux protégés comme les nerfs et le cerveau.  La purine des excitants une fois dégradée donne l’acide urique.

L’alcool est un poison qui épuise le foie et sclérose les tissus.

Le tabac est aussi un poison aux composés multiples notamment la nicotine, l’oxyde de carbone, le cadmium, le 3-4 benzopyrène. Ces composés entrent dans le sang et la force vitale de l’organisme tente de les éliminer vers les émonctoires. Lorsque ceux-ci sont dépassés ces composés sont refoulés dans les profondeurs de l’organisme et polluent de plus en plus le terrain.

Lors de la prise d’un excitant quel qu’il soit ce qui est ressenti comme apport de force est en réalité une réaction de défense de l’organisme.

Les poisons chimiques sont :

Les additifs alimentaires

Les produits de traitement des végétaux

Les produits de traitement des animaux

Les produits de la pollution

Les médicaments

Les produits ménagers

Ces produits sont difficilement éliminables par l’organisme et peuvent altérer le terrain en profondeur.

Les répercussions d’une intoxication ne sont pas toujours visibles immédiatement.


LES MAUVAISES ELIMINATIONS:

Dans ce cas les émonctoires sont dépassés. Les symptômes de faiblesse des  sont souvent les suivants :

  • Foie 

Bouche pâteuse le matin

Intolérance aux graisses

Nausées

Maux de tête après abus

  • Peau

Ne sue pas ou peu localement

Boutons, éczéma

  • Poumons

Nez bouché

Expectoration de glaires

Rhume ou toux fréquents

  • Reins

Eliminent moins de 1,2 litres par jour

Moins de 5 mictions

Urine épaisse, irritante

  • Intestins

Constipation

Selles sèches et dures

Fermentations

Putréfactions

Gaz, ballonnement

Les grands malades sont tous de « petits éliminateurs ».



LES CARENCES

Le corps ne contient pas dans ses tissus toutes les substances nutritives dont il aura besoin au cours de son existence. Il est donc dépendant des apports externes.

Il y a deux types de carences :

  • Les carences d’apport : les aliments contenants les substances ne sont pas consommés, ou les aliments ont été modifiés et privés des substances nutritives essentielles.
  • Les carences d’utilisation : sont causées par l’impossibilité pour l’organisme d’utiliser certains des nutriments qui lui sont fournis.  Par exemple, les nutriments peuvent être détruits dans les intestins par des substances toxiques issues de fermentations et de putréfactions intestinales.  Ou alors de nombreuses substances chimiques (médicaments, pollution etc.) peuvent inhiber les vitamines ou oligo-éléments.

En cas de carence, les substances vitales sont prélevées dans le corps lui-même accélérant encore l’état de carence et la capacité d’utilisation des nutriments.

Dès que l’organisme est privé de l’un des nutriments indispensables son fonctionnement est perturbé.


LA SEDENTARITE / L’EXERCICE PHYSIQUE

Notre mode de vie est trop sédentaire. L’activité physique permet de bruler les excédants de suralimentation, d’activer les fonctions organiques et de favoriser d’abondantes éliminations de toxines.  L’accélération des échanges cellulaires et de la circulation sanguine permet de nettoyer les déchets incrustés dans les profondeurs des tissus et de les emporter vers les émonctoires pour être éliminés.

Donc, Rien que par l’exercice physique, le terrain organique peut-être nettoyé en profondeur.



LA RUPTURE DE L’EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE

Notre organisme fonctionne au mieux lorsque les substances acides et basiques qui entrent dans la composition des tissus et des liquides organiques sont présentes en quantité égales : c’est ce que l’on appelle l’équilibre acido-basique.

Aujourd’hui beaucoup de personnes souffrent d’acidose, c’est-à-dire d’une présence exagérée d’acides dans le terrain.  Ce qui cause des troubles de santé tels que fatigabilité, stress, nervosité, dépression, rhumatisme, tendinite, eczéma, caries etc.

Le surplus d’acide doit être en permanence neutralisé par le corps. Pour cela le corps prélève des minéraux basiques dans le sang et les tissus (os etc.).

La cause principale provient d’une surconsommation des éléments acidifiants notamment (viandes, farineux,  graisses, sucre etc.) De plus les attitudes psychiques négatives (telles que stress, anxiété, agressivité, rancœur etc.) perturbent les métabolismes et engendre la production d’acides par le corps.

En résumé les causes d’acidification sont :

Excès d’aliments acidifiants et acides

Carence en éléments alcalinisants

Café, thé, tabac, alcool

Sous oxygénation

Carences en vitamines

Mauvaises éliminations par les reins et la peau

Stress

Attitudes psychiques négatives


CONSEILS PRATIQUES POUR CORRIGER SON TERRAIN ET LE GARDER EN EQUILIBRE

Faire sortir les déchets qui se trouvent dans le corps

Eviter que de nouveaux déchets n’y pénètrent

Combler les carences

« Remédier, c’est agir en s’opposant à la cause de la maladie » – Hippocrate.

ELIMINER LES TOXINES

Ouvrir les émonctoires : stimulation à l’aide de draineurs. Lorsqu’un draineur agit sur plusieurs émonctoires, on parle de dépuratif.

  • Drainage du foie : Dent de Lion, Radis noir, Romarin. Bouillotte chaude.
  • Drainage de l’intestin : laxatifs (pruneaux). Plantes laxatives : Bourdaine.  Légumes, crudités, céréales complètes.  Son, graines de lin. Laxatifs forts ou purges : Huile de ricin.  Lavement. Boire 2 à 3l d’eau par jour.
  • Drainage par les reins : plantes diurétiques : Artichaut, Piloselle, Genévrier. Oignons, Choux, Cerises…Boire suffisamment (2l par jour).
  • Drainage de la peau : exercice physique.  Sauna.  Bain hyperthermique. Plantes sudorifiques : fleurs de sureau, tilleul.
  • Drainage par les poumons. Plantes expectorantes : Eucalyptus, Thym, Tussilage. Activité physique  (marche , footing, natation …) pour le souffle.

Il faut désincruster les déchets en ouvrant les émonctoires, en accélérant les échanges (bains hyperthermiques, massages, drainage), augmenter les combustions éventuellement par autolyse (jeûne, monodiète, régimes restrictifs).

Quand les organes sont congestionnés et le sang sale, les tissus empoisonnés et les cellules asphyxiées, il n’y a qu’une action logique à entreprendre pour ramener le corps à la santé : le nettoyer.


SIX REGLES A L’INTENTION DES MALADES QUI VEULENT RETROUVER LA SANTE ET AUX BIEN-PORTANTS QUI VEULENT LE RESTER.

  • Manger varié, complet, bio, avec prédominance végétale.
  • Manger plutôt pas assez que trop
  • Boire 2 litres d’eau par jour
  • S’activer physiquement quotidiennement
  • Dormir assez chaque nuit
  • Avoir une attitude positive et constructive en toute chose.

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *